La C Series prête pour un nouveau départ

18
Déc
La C Series prête pour un nouveau départ
La C Series prête pour un nouveau départ
  • Sylvie Lacaille
  • 0 Views
  • 0 Comment
  • No tags

Les appareils CS100 de Bombardier, les plus petits de la famille de la C Series, ont reçu le feu vert de Transports Canada pour entrer en service, a annoncé vendredi le ministre canadien des Transports. Marc Garneau estime que cette décision envoie un « fort signal aux investisseurs et aux clients potentiels » de cet avion commercial, dans lequel Québec a investi plus d’un milliard de dollars.

M. Garneau a annoncé « la certification du plus gros avion passager jamais approuvé par Transports Canada » lors d’une conférence de presse tenue à Mirabel, en présence des ministres québécois des Finances et de l’Économie, Carlos Leitao et Jacques Daoust, du président et chef de la direction de Bombardier, Alain Bellemare, et du président de la division des Avions commerciaux, Fred Cromer.

« Je m’attends à ce que la C Series ait une forte influence sur la place qu’occupe le Canada dans le marché mondial de l’aérospatiale », a commenté le ministre Garneau. « Nous souhaitons tous que nous allons exporter des centaines et des centaines d’avions de cette série dans les années à venir », a-t-il ajouté.

Le ministre Garneau a rappelé que l’une des caractéristiques principales des appareils de la C Series est qu’ils consomment moins de carburant que les autres avions du genre. Selon lui, ils constituent donc « un atout précieux pour le domaine du transport aérien dans le monde entier » et « vont contribuer à atteindre les objectifs environnementaux que le Canada s’est fixés récemment à Paris. »

Marc Garneau n’a pas voulu s’avancer au sujet d’une aide fédérale à Bombardier. Le dossier progresse, s’est-il borné à dire. Le ministre des Transports a aussi assuré qu’il ne reviendra pas sur sa décision de bloquer le prolongement de la piste d’atterrissage de l’aéroport Billy-Bishop de Toronto, une condition nécessaire pour que les appareils de la C Series puissent s’y poser. Le transporteur Porter a acheté des appareils de la CSeries sous condition que la piste soit prolongée.

« C’est un moment historique », qui constitue l’aboutissement « d’années d’efforts », a souligné Alain Bellemare, qui était tout sourire. « Aujourd’hui, on arrive à un point marquant, un point tournant dans le programme. » Les avions de la C Series, a-t-il lancé, offrent une « plateforme formidable » et ils « seront avec nous pour les 25 ou 30 prochaines années. »

« Il est clair que nous avons réussi au-delà de nos espérances. […] Non seulement nous avons atteint nos objectifs, nous les avons dépassés au niveau de la performance de l’appareil. Nous avons le meilleur avion dans le segment des 100 à 150 places à travers le monde.  »— Alain Bellemare, PDG de Bombardier

M. Bellemare affirme que Bombardier est désormais « extrêmement bien positionné » pour l’avenir. « Nous augmentons la cadence de production. Nous travaillons étroitement avec Swiss, le premier client de lancement. […] Nous accélérons nos campagnes auprès de clients potentiels. Nos équipes de ventes travaillent avec acharnement présentement à vendre ces appareils », a-t-il résumé.

Avec cette certification, Bombardier est « extrêmement bien positionné », affirme son PDG, Alain Bellemare.Avec cette certification, Bombardier est « extrêmement bien positionné », affirme son PDG, Alain Bellemare.  Photo :  PC/Ryan Remiorz

Un élan supplémentaire pour la C Series

Selon Fred Cromer, la certification donne un « élan supplémentaire » à la C Series. « Vous pouvez presque voir ça comme un second lancement », a-t-il dit. « Par définition, l’industrie aéronautique a une aversion au risque. Chaque étape que nous franchissons accroît la confiance envers Bombardier et cet appareil. Je veux vous dire que l’intérêt que nous suscitons dans le marché est phénoménal. »

Selon Rob Dewar, vice-président et directeur général du programme d’avions C Series, Bombardier se concentrera maintenant sur l’obtention d’une certification similaire de la part de l’European Aviation Safety Agency (EASA) et de la Federal Aviation Administration (FAA) des États-Unis. Elle s’appliquera aussi au cours des prochaines semaines à former les futurs pilotes de l’appareil.

Selon une source de Reuters, le président du conseil d’administration de Bombardier, Pierre Beaudoin, pourrait démissionner de son poste au début de 2016. Les discussions à ce sujet seraient toujours en cours. Bombardier affirme qu’il ne s’agit que de « spéculations ». M. Beaudoin était absent pour l’annonce de la certification des CS100. Bombardier avait supris les investisseurs en février en annonçant que M. Beaudoin cédait son poste de président-directeur général à Alain Bellemare.

Le CS100, qui peut transporter entre 110 et 125 passagers, a traversé une phase d’essais en vol de plus de 2400 heures depuis son vol inaugural du 16 septembre 2013.

À l’heure actuelle, Bombardier a 243 engagements fermes pour des appareils de la C Series, et 360 autres avions font l’objet d’intentions ou de lettres d’intention. Les premiers appareils qui seront livrés à Swiss Air doivent entrer en service au second trimestre de 2016.

Le second appareil de la famille de la C Series, le CS 300, doit aussi obtenir une certification de Transports Canada. Le premier CS300, qui peut accueillir jusqu’à 160 passagers, doit être livré à AirBaltic lors de la deuxième moitié de 2016.

Les retards qui ont marqué les essais de la C Series ont fait grimper les coûts du programme de la C Series. Selon les plus récentes estimations, ils atteignent maintenant 5,4 milliards de dollars américains.

Source de l’article

Share This